AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

(libre) set fire to the rain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatarHEY, Swenney Y. Lhoste , WELCOME IN MYSTIC CREEK !
SWEET ♪ let me dream on you.

Messages : 66
Date d'inscription : 09/09/2011
Crédits : younglust.
Job/Etudes : vendeuse chez un disquaire.
Mood's : excellente.


Feuille de personnage
la liste des Liens:
MessageSujet: (libre) set fire to the rain. Dim 25 Sep - 14:52


Set fire to the rain

Un jour, je me suis rendu compte que la vie était remplie de ces choses effrayantes qui nous poussent à ne pas agir. Moi, c'était le trou béant qu'était mon passé. Pour d'autres, cela pouvait être un amour qui aurait mal tourné. Il y en a même qui affirmeront que leur vie est parfaite. Mais ceux-là, personne ne les croit. Personne n'a une vie parfaite. On peut être heureux, mais on ne peut pas avoir une vie sans aucune tâche. C'est tout simplement impossible. Tout le monde a déjà eu une dispute, tout le monde a déjà été forcé à mentir. Personne n'est jamais totalement honnête, et surtout, personne n'est parfait.. Comment un homme, imparfait dans sa définition même, pourrait-il avoir une vie parfaite ? C'est à ces questions totalement absurdes que je pensais en me rendant dans l'un de mes endroits favoris. Je ne cherchais même plus à comprendre d'où pouvait bien venir ces questions ahurissantes qui me traversaient l'esprit. La seule chose que je savais, c'était que j'(était capable de ne pas dormir de la nuit à cause d'elles. Dans le fond, ça ne me dérangeait pas. Cela m'évitais de faire des cauchemars où je voyais mon père faire des choses horribles. Ou ma mère transformée en Jack l’Éventreur. Je préférais me poser des tas de questions, plutôt que de subir ça. Je fus coupée dans mes pensées par l'envie de faire une photo. J'ai sorti mon polaroid de mon sac et me suis mise à genoux. La lumière, l'alignement des maisons, leurs couleurs.. C'était juste magique. Je souris en observant l'image s'afficher doucement. C'était ce que j'aimais dans cet appareil, on voyait naitre sous nos yeux le résultat de ce que l'on venait de faire. Lorsque je me suis relevée, je me suis rendue compte que j'étais tout près du lac.

Lorsque j'y suis arrivée, je n'ai vu personne.. C'était en quelque sorte un petit exploit, parce que souvent j'y trouvais des couples qui y déjeunaient ou qui voulaient simplement passer un moment dans ce magnifique endroit. Je ne pouvais pas les blâmer.. Seulement, cela gâchait mon plaisir. Savez-vous pourquoi j'aime cet endroit ? J'aime tout simplement l'idée de croire au fait qu'une sirène pourrait y vivre. Ce serait juste merveilleux. C'est aussi pourquoi j'aime cette ville entière, pour ces mystères, ces mythes et ces légendes qu'elle abrite. Je me suis laissée tombée à genoux, tout près de l'eau.. Et j'ai laissé mon esprit dériver en scrutant la surface de l'eau, guettant un mouvement, aussi infime soit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarHEY, Aamaya T. MacGallaghan , WELCOME IN MYSTIC CREEK !
ADMIN ♔ F*** ME I'M FAMOUS

Messages : 889
Date d'inscription : 22/12/2010
Crédits : France
Job/Etudes : Etudiane en graphisme
Mood's : En général bien


Feuille de personnage
la liste des Liens:
MessageSujet: Re: (libre) set fire to the rain. Jeu 29 Sep - 0:37


Paper Gangsta

La lumière avait laissée place à l'obscurité la plus totale. Les ténèbres si paisibles et si inquiétantes en même temps, donné une sensation étrange à ce leu si agréable de l'autre côté. Je me sentais bien, simplement vivante, légère, et surtout protégée comme si rien ici n'était capable de m'atteindre, comme si j'étais dans une bulle, un cocon coupé du monde, hors de toutes contraintes. J'avais l'impression de flotter, de divaguer sans but précis, j'avais le temps, c'était la fin de la journée. Le jour plongé dans l'univers floral, avec ses milles senteurs, j'étais capable de reconnaitre des dizaines d'espèces de fleurs et de senteurs différentes. A la tombée de la nuit quand le jour commencé doucement à disparaitre caché derrières les arbres et les collines, c'est là où ce nouvel univers revenait au grand galop. Là je courais jusqu'au lac, quand personne ne tournait autour, qu'aucun pécheur ne s'y promenait je plongeais alors dans l'eau froide, pas aussi froide pour moi, et redevenais sirène. Ces jours-ci pourtant il y avait souvent, trop souvent à mon gout des passants qui se baladaient aux alentours de mon petit lac. Bien sur il ne m'appartenait pas, bien que l'idée ne m'aurais pas déplu.

Cela faisait plus d'une heure, (apriori vu que je n'avais pas de montre) que je nageais parmi les petits poissons, je me décidais donc à remonter à la surface sans savoir ce qui m'y attendrais, assez distraite je remontais en moins de deux secondes. Mais au moment où je sortais la tête de l'eau c'est là que je réalisais que je n'étais pas seule. A quelques mètres de moi je voyais au bord du lac une jeune femme avec ce qui semblait être un appareil photo dans les mains. Elle n'avait pas du me voir forte heureusement vu qu'elle regardait dans une autre direction, mais j'étais dans une belle galère à présent, le temps de sortir de l'eau et de me sécher elle risquait vraiment de m'apercevoir entre les arbres et ce n'était vraiment pas dans mes attentions que l'on découvre que cette petite légende de la sirène était une réalité. Regardant aux alentours je me hissais en dehors de l'eau en catimini derrière un buisson. Au contacte de l'air tiède, mes écailles commençais déjà à disparaitre au fur et à mesure. Je surveillais du coin de l'oeil la photographe en espérant qu'elle n'allait pas avoir un scoop ce soir. Après quelques minutes je renfilais mon short et un tee-shirt en vitesse heureuse de retrouver mes jambes. Faisant comme si je passais ici par hasard je marchais vers elle, pour essayer de savoir à qui j'avais à faire. Tout près à présent je lui disais un petit bonjour, timide et m'approchant toujours je commençais à lui parler : "Bonsoir, je vous ai vu de loin, en général il n'y a pas grand monde, quand je viens me balader , il fais beau temps pour se promener ce soir, vous venez souvent ici ?" Je lui souriais gentiment, mes cheveux étaient encore mouillés et l'eau dégoulinaient dans mon dos, ce qui ne me gênait pas vraiment.









I still remember the day you knocked my cup of chocolate without express, crossing a street corner, you were in a hurry, maybe an important event, but you stopped and you're so that it excused me laugh, my jacket was ruined, my hair trails chocolate, but I had you met him and that's all imported. Remember December 18, 2009.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://childishstories.forumgratuit.org/

(libre) set fire to the rain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Childish Stories :: Les habitants se balladent partout :: le port de plaisance de Mistic Creek :: le lock Tess-
Sauter vers: